Avertir le modérateur

samedi, 25 décembre 2010

L’Algérie, grand fournisseur du marché européen

 

 

gaz-algerie.jpg

Le groupe Sonatrach prévoit d'investir entre 2010 et 2014 quelque 63 milliards de dollars pour notamment accroître ses capacités d'exportation de gaz.

 

Le volume des importations européennes de GNL vient d’atteindre un nouveau record. En un seul mois, celui de novembre, l'Europe a importé un volume astronomique de plus de 8,5 milliards de mètres cubes, ce qui représente quelque 1,5 milliard de mètres cubes de plus que les volumes records précédents, à peine deux mois auparavant.

 


Selon la compagnie Waterborne, spécialisée dans la surveillance et l'analyse des marchés du GNL (Gaz Naturel Liquéfié) « l'appétit de l'Europe en matière de GNL a explosé », ces derniers temps, « ceci est en partie dû à des températures hivernales exceptionnellement froides », a-t-elle estimé dans un rapport.
Par ailleurs, les États-Unis n'importent tout simplement pas autant de GNL que ce qui était prévu du fait de la production élevée de gaz de schistes. L'Europe se jette tout simplement sur une grosse partie de ce gaz non affecté.
Ce sont les importations du Royaume-Uni qui ont le plus contribué à l'énorme mois d'importations de l'Europe, avec environ 2 milliards de mètres cubes. Ce niveau a également établi un nouveau record pour le plus gros mois d'importation à ce jour pour le Royaume-Uni.
Il y a lieu de signaler que l’Algérie occupe une place prépondérante en tant que fournisseur de gaz naturel pour le marché européen, ce qui lui permet d’avoir la deuxième place juste après la Russie qui fournit 41 % des besoins énergétiques européens,  et avant la Norvège qui fournit, elle, 25%.
D’ailleurs, ce sont les exportations de gaz algérien vers l’UE qui se trouvent en pole position avec 62 milliards de mètres cubes en 2008, dont 97 % rien que pour ce marché.
L’Algérie occupe la dixième place dans le classement mondial en termes de production alors que Sonatrach reste la 6e compagnie mondiale sur le plan des capacités productives dans le monde et la 4e compagnie mondiale en matière d’exportation de GNL.
Ceci, en attendant la mise en service de ses gazoducs reliant l’Algérie à l’Europe, tels que le Medgaz, en phase d’être réceptionné, et le Galsi, qui est en cours de réalisation et qui permettra de relier l’Algérie et l’Italie, via la Sardaigne, l’exportation de GNL se fait à travers le gazoduc Enrico-Mattei, qui  fonctionne depuis 1983, par une connexion sous-marine avec la Sicile, via la Tunisie, et le gazoduc Pedro Duran Farrel, en cours d’exécution depuis 1996, avec une connexion sous-marine avec le sud de l’Espagne via le Maroc. Le pays fournit actuellement à l'Union européenne environ 12% de ses besoins en gaz naturel, grâce à deux gazoducs avec l'Italie et l'Espagne, et par des fournitures de plus en plus importantes de gaz naturel liquéfié (GNL). D’après les experts économistes « le monde est sur le point d’entrer dans l’âge d’or du gaz naturel, pour des raisons liées à l’abondance de ses réserves, à ses coûts très compétitifs, à ses atouts sur le plan environnemental et à sa part croissante dans la production d’électricité. »  Pour sa part, Medgaz livrera à l'Espagne environ 8 milliards de mètres cubes de gaz par an et devrait augmenter les exportations gazières algériennes et partant sécuriser l'approvisionnement de l'Europe en gaz naturel.
Cela intervient à un moment où la compagnie Sonatrach est autorisée, dans le cadre de ce projet, à commercialiser près de 3 milliards de m3/an directement sur le marché espagnol au lieu d'un milliard de m3/an imposé, auparavant, par la Commission nationale espagnole de l'énergie (CNE), l'organisme régulateur du secteur en Espagne.  
Le groupe Sonatrach prévoit d'investir entre 2009 et 2014 quelque 63 milliards de dollars pour accroître ses capacités d'exportation de gaz. Dans ce contexte, notre ministre de l’Energie, M. Yousfi, a affirmé récemment  que l'état actuel du marché gazier en Europe, avec une offre abondante de la Russie et l'arrivée d'autres fournisseurs sur ce marché très porteur où la demande est constante, “ n'est pas de nature à mettre en danger les exportations de gaz algérien.”Les exportations de gaz de l'Algérie devraient atteindre 100 milliards de mètres cubes d'ici 2015, contre 62 milliards actuellement, selon des prévisions officielles.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu