Avertir le modérateur

samedi, 01 décembre 2012

Alger prêt à se retirer du projet de gazoduc vers l'Italie-sce

ROME, 30 novembre (Reuters) - L'Algérie menace de se retirer du projet de gazoduc Galsi, censé acheminer une partie de sa production de gaz naturel vers l'Italie, si Rome participe aux projets concurrents South Stream et Trans Adriatic Pipelines (TAP), ont dit vendredi deux sources officielles italiennes.

"L'Algérie dit qu'elle ne considérera pas les conditions d'investissements comme appropriées si l'Italie soutient South Stream et TAP", a déclaré une des sources, précisant que le président du Conseil italien, Mario Monti, en avait été informé lors de sa visite à Alger le 14 novembre.

Cette information a été confirmée par une deuxième source officielle italienne. Une source industrielle a en revanche imputé à la crise économique le retard du projet, dont le coup d'envoi devait être donné mi-novembre.

D'une capacité de huit milliards de m3, le gazoduc Galsi doit relier l'Algérie à la Toscane via la Sardaigne.

Les actionnaires du projet sont la société algérienne Sonatrach et les groupes italiens Edison, Enel , Hera et Snam.

L'Algérie fournit déjà à l'Italie près de 35% de son gaz naturel importé grâce à un gazoduc qui passe par la Tunisie.

Le pétrolier italien Eni entend de son côté participer au projet de gazoduc South Stream, qui permettra d'alimenter en gaz russe les pays d'Europe occidentale, dont l'Italie, en passant par la mer Noire et les Balkans.

Le projet de gazoduc TAP entre l'Italie, la Grèce et l'Albanie est également à l'étude et une décision définitive devrait être prise d'ici la fin de l'année. (Alberto Sisto, Tangi Salaün pour le service français, édité par Marc Angrand)

jeudi, 23 décembre 2010

Programme de réhabilitation des entreprises publiques

 

 

benmeradi-cn.jpg

[Aps 23/12/10]  ALGER- Un programme de réhabilitation des entreprises publiques, possédant un potentiel et un marché, est à l'examen au niveau du Conseil des participations de l'Etat (CPE), a annoncé jeudi à Alger le ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, Mohamed Benmeradi . "Le gouvernement est en train d'examiner au niveau du Conseil des participations de l'Etat un programme de réhabilitation (des entreprises publiques) qui ont un potentiel et un marché", a-t-il précisé dans une déclaration à l'APS en marge d'une séance plénière du Conseil de la Nation dédiée aux questions orales.
"Nous allons commencer par les entreprises engagées dans le programme quinquennal (2010-2014). Ce sont, essentiellement, des entreprises qui activent dans les secteurs des travaux publics et de l'hydraulique", a-t-il ajouté. Le ministre a souligné, d'autre part, que l'étude visant à relancer le secteur de la mécanique en Algérie est "pratiquement achevée". "Nous avons pratiquement terminé l'étude et beaucoup de décisions ont été prises pour la relance du secteur de l'industrie mécanique".

 

Concernant le développement des autres industries, telles que ''les industries électroniques et manufacturières'', M. Benmeradi a indiqué que "les dossiers sont en cours de maturation et seront proposés au CPE au cours des deux premiers mois de 2011". Il a rappelé, par ailleurs, qu'un programme avait été lancé par le gouvernement, il y a quelques années, pour relancer les entreprises publiques industrielles, affirmant dans ce contexte que le secteur des ciments a été remis sur les rails grâce à une opération de réhabilitation ayant coûté plus de 140 milliards de DA.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu