Avertir le modérateur

lundi, 20 décembre 2010

Application réussie de l'anesthésie locorégionale échoguidée sur sept patients à Oran

santé algerie.jpg[Aps 13/12/10]   ORAN- Sept patients ont été opérés avec succès à l'Etablissement hospitalier universitaire "1er novembre" d'Oran (EHUO) grâce à l'application de l'anesthésie locorégionale échoguidée, a-t-on appris lundi auprès de Afane Mazour Fatima, professeur membre de l'équipe médicale. Ces interventions ont été pratiquées pour la première fois à l'EHUO dans le cadre des trois journées d'enseignement post-universitaire qui ont permis la formation de plus de 500 praticiens et résidents à la nouvelle pratique d'anesthésie, a précisé cette spécialiste, responsable du service d'anesthésie-réanimation chirurgicale et présidente de la rencontre scientifique.
Cette manifestation a vu la participation d'experts algériens et français qui ont contribué à l'animation des ateliers pédagogiques et offert leur assistance

technique au sein du bloc opératoire où ont été admis les patients, a indiqué Mme Afane Mazour à l'APS. La formation dispensée dans ce contexte a été enrichie par la vidéo-transmission directe du bloc opératoire vers la salle de conférences, a-t-elle fait savoir
en signalant que les sept malades opérés sont des hommes âgés de 18 à 45 ans. Les pathologies dont souffraient ces sujets étaient dues à des luxations
d'épaule et du genou, aux varices et à une lésion de la fistule artério-veineuse pour un cas sous dialyse. En plus de cette séance opératoire réelle, des ateliers sur mannequins ont été également menés pour initier les praticiens à l'anesthésie locorégionale échoguidée (ALR dans le jargon professionnel) qui permet, grâce à l'imagerie (échographe), d'injecter l'agent anesthésique directement dans le nerf ciblé et "d'endormir" cette partie seulement du corps.
Contrairement à la neurostimulation qui consiste à travailler "à l'aveugle" pour repérer le bloc nerveux en escomptant la réaction de la zone soumise à
petit choc électrique, l'ALR est synonyme de "sécurité et confort" pour le malade qui reste éveillé en ne ressentant aucune douleur au cours de l'intervention
chrirugicale ou du fait des séquelles post-opératoires, a expliqué Afane Mazour.
Cette technique, a-t-elle poursuivi, est très indiquée pour la chirurgie des membres inférieurs et supérieurs, notamment en orthopédie où la réussite
de l'opération demeure tributaire d'une rééducation immédiate en raison de la raideur imposée par une prothèse, ce qui peut s'avérer impossible si le patient
a mal.
Insistant sur l'importance du nouveau procédé, la spécialiste a cité l'exemple de la chirurgie d'épaule où l'ALR permet à l'opéré de se relever le
soir-même, alors qu'une anesthésie générale le contraindrait au lit trois journées au moins. L'ALR présente aussi des aspects économiques avantageux sachant qu'elle permet de développer la chirurgie ambulatoire, réduisant ainsi la durée et les coûts d'hospitalisation, a-t-elle dit en rappelant que la réanimation génère les frais les plus élevés en matière de prise en thérapeutique.
Les journées d'enseignement post-universitaire de l'EHU d'Oran et la réussite des premières opérations par anesthésie échoguidée ont également motivé
la direction générale de cet établissement à doter cette structure hospitalière d'un échographe. Cette acquisition donne le ton à la généralisation de l'ALR à l'EHU d'Oran et, selon les voeux de Mme Afane Mazour, à l'ensemble des structures hospitalières du pays.

17:55 Publié dans Algerie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : algerie, oran, maghreb-ona, santé | |  Facebook |

Vingt journalistes espagnols ont séjourné à Laâyoune avant, pendant et après le démantèlement du camp de Gdeim Izik (Fassi Fihri)

Bruxelles, 13/12/10- Vingt journalistes espagnols et correspondants d'organes de presse ibérique ont séjourné à Laâyoune avant, pendant et après le démantèlement du campement de Gdeim Izik, a affirmé, lundi soir à Bruxelles, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Taib Fassi Fihri.

 Lors d'une deuxième rencontre avec la presse notamment espagnole, suite à une première conférence sanctionnant les travaux de la 9ème session du Conseil d'association Maroc-UE, M. Fassi Fihri a fourni une liste détaillée des noms de l'ensemble des journalistes et correspondants de la presse ibérique, qui étaient présents avant, durant et après le démantèlement du camp de Gdeim Izik, ainsi que la période précise de leur séjour à Laâyoune.

Interpellé par un journaliste espagnol sur les allégations de la presse ibérique, arguant que le Maroc a interdit l'accès à Laâyoune et au camp de Gdeim Izik, le ministre a indiqué avoir décidé d'organiser une seconde rencontre avec la presse pour apporter toutes les précisions à ce sujet.

Preuves à l'appui, il a affirmé, à cet égard, que plusieurs médias espagnols étaient représentés à Laâyoune et à Gdeim Izik, en l'occurrence "Antena 3 TV" avec ses envoyés Ascanio Santana Jazael Maria et Torres Robaina Agustin, "Radio Cadena Ser" (Moreno Gudes Santiago Jesus et Marin Roboso Eduardo) et l'agence de presse espagnole "EFE" (Zacarias Garcia Gonzales, Rubio Ezquieta Enrique et Ghanmi Lamine).

Il s'agit également des quotidiens "El Mundo" (Calvo Gomez Erena) et "El Pais" (Cembrero Vasquez Ignacio), et des chaines de télévision "TV Catalunia" (Plandolt Casals Medir et Garcia Maldonado Ruben), "TV Canal Sur" (Gutierrez Bolivar Jorge Roberto et Moreno Bejar Virgilio), et "TV Cuatro/CNN+"(Albeloa Del Moral Edurne, Duran Garcia Jose Antonio et Guterez Perez Lucas Mariano).

Le journaliste Parreno Bernal Antonio et le cameraman Omar Makhlouq de la chaîne de télévision "TVE" ont également séjourné à Laâyoune.

Evoquant les cas des journalistes Beatriz Silvia Garcia Diaz et Javier Sopena, M. Fassi Fihri a fait savoir qu'ils ont passé tout le mois d'août à Laâyoune, jusqu'au 14 novembre, après le démantèlement du camp.

Ils sont entrés sous de fausses identités se faisant passer pour des touristes, a-t-il ajouté.

"Après avoir entendu dire, lors de la première conférence de presse de ce matin, que le Maroc a empêché les journalistes espagnols d'entrer à Laâyoune, durant l'opération du démantèlement du camp, j'ai décidé d'organiser cette rencontre pour apporter toutes les clarifications nécessaires et faire connaître la vérité", a dit le ministre.

S'adressant aux journalistes espagnols et européens, présents lors de ce second point de presse, M. Fassi Fihri a insisté: "vous pouvez les contacter un par un et ils vous diront si oui ou non ils ont été interdits".

"Je n'évoque pas les cas de journalistes d'autres nationalités qui reconnaissent être entrés et repartis de Laâyoune, sans qu'il n'y ait aucun blocus. Il y avait d'autres représentants de médias espagnols qui, déguisés et vêtus d'habit sahraoui, sont rentrés à travers la Mauritanie", a-t-il ajouté, affirmant qu'ils se sont fait passer pour des touristes.

Après le démantèlement du campement de Gdiem Izik, la presse espagnole est devenue une partie prenante et l'adversaire fondamentale du Maroc, a déploré le ministre, ajoutant que cette même presse "a délibérément menti et créé de faux documents qu'elle a exploités, arguant que durant tout le mois d'octobre le camp était fermé. Ce qui est faux".

Et le ministre de s'interroger: "Est-ce qu'il y a blocus lorsque vingt journalistes entrent et séjournent librement à Laâyoune ?", alors même que plusieurs gouvernements, dont le gouvernement espagnol, étaient informés au fur et à mesure de l'évolution de l'affaire du camp de Gdeim Izik.




17:53 Publié dans Maroc | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maroc, maghreb-ona, sahara, fassi fihri | |  Facebook |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu